expo-ventavon_P10En l’espace d’un siècle et demi, le métier de « conducteur » d’eau a connu d’importantes évolutions.
Autrefois, le « prayer », était responsable non seulement de la surveillance du canal et de ses ouvrages, mais aussi chargé de faire respecter les tours d’eau entre les adhérents. Il avait de fait un rôle social très important.

Basé à l’origine sur un savoir-faire appris sur le terrain, nécessitant beaucoup d’interventions manuelles et une surveillance visuelle de tous les instants, ce travail a fait place à celui d’un technicien polyvalent.
Se tenir constamment au courant des évolutions technologiques, être à l’écoute des attentes des agriculteurs – parfois même les devancer – et assimiler les tout derniers outils de gestion informatiques et électroniques font désormais partie de son quotidien.
Il continue en outre à assurer, comme par le passé, le bon entretien des ouvrages, qui concerne tout autant le fonctionnement de la prise, la réfection des conduites, la surveillance des vannes, les bornes de distribution, les systèmes de filtration… que le bon fonctionnement des compteurs.

filet-bleu

L’entretien des canaux et des ouvrages était à l’origine assuré collectivement, lors de journées de « corvées ».
Cette prestation « en nature » était calculée en fonction de la superficie souscrite par l’adhérent. Lors de l’établissement des « rôles » (montants à payer par chacun) destinés à recouvrir les fonds nécessaires pour régler le prayer et solder éventuellement les travaux effectués par des entreprises, l’équivalent de cette prestation en nature est déduite des sommes à valoir par l’adhérent.

filet-bleu

panneau précédent >>>
panneau suivant >>>
revenir à la présentation de l'exposition >>>