Collecte d'informations

  • Relevés de terrain : une vingtaine de canaux repérés ou en cours de repérage, dont une quinzaine sur le département des Hautes-Alpes. Les canaux explorés hors département l'ont été pour cause de bassin versant (prise d'eau sur le 05, périmètre irrigué hors départementâ), configuration territoriale ("Pays" inscrit sur plusieurs départements). Ces relevés sont à l'origine de la banque d'images en cours de constitution (environ 4 000 images numériques haute définition disponibles à fin 2007) ;
  • Recherches archivistiques : les fonds des Archives Départementales des Hautes-Alpes et des Archives Nationales sont parfaitement complémentaires ;
  • Rencontres d'acteurs : responsables d'ASA en activité ou anciens responsables, en fonction des canaux repérés et des actions menées auprès de différents publics ;
  • Collecte de la mémoire auprès d'anciens responsables d'ASA ou utilisateurs (action en tout début de réalisation) en relation directe avec les canaux étudiés.


Actions de sensibilisation

  • Accompagnements de projets éducatifs (établissements scolaires primaires et secondaires, classes de découverte, centres de loisirs) ;
  • Sensibilisation auprès du grand public et public spécifique (sorties découverte, projections, présences sur foires et salons) ;
  • Informationauprès de techniciens, élus, animateurs, enseignants (journées d'changes, sorties sur le terrain, projections-débats) ;


Actions partenariales

  • Participation à des manifestations à la demande de partenaires (journée du patrimoine, manifestations festives) ;
  • Participation au Comité de pilotage du Contrat de Canal de Gap.


Création d'outils d'information

  • Créations de diaporamas (fonctionnement des canaux ; approches territoriale, historique, patrimoniale, technique, économique) ;
  • Réalisation déune exposition sur le Canal de Ventavon (en partenariat avec l'ASA du Canal de Ventavon) ;
  • Constitution d'une banque d'images issues des relevés de terrain ;
  • Classement et enregistrement des documents issus des recherches archivistiques (environ 7000 clichés représentant un peu plus de 1100 documents).


Réponses aux attentes, intérêt des partenaires

Il ressort des discussions avec nos partenaires qu'il existe de réelles attentes face à ce projet :

  • Nécessité de cerner, définir et expliciter les contraintes, à tous les niveaux ;
  • La prise en compte des canaux et parcelles attachées aux canaux (berges, chemins d'accès) dans les documents fonciers et cadastraux, les intégrer dans les SCOT ;
  • Nécessité d'un accompagnement et d'une animation afin de ne pas obtenir des effets inverses à ceux souhaités (sur-fréquentation, dégradation des chemins et des ouvrages) ;
  • Entrée patrimoniale importante pour le territoire et la Région : il s'agit de valoriser et de protéger, mais aussi de se réapproprier ces éléments particuliers au territoire, qui l'ont organisé en grande partie (société, économie) et continuent de le faire vivre ;
  • Ce projet doit s'intégrer dans une volonté commune et transversale au service du territoire ;
  • Les repérages sur le terrain sont une source intéressante pour l'identification de lieux propices à valorisation touristique (sentiers de découverte, aménagement de points particuliers, itinérance) ;
  • L'importance de la question de la valorisation touristique ne doit pas masquer les enjeux environnementaux et économiques des canaux ;
  • Informations issues des recherches archivistiques sont intéressantes d'un point de vue historique et donc d'usage, mais peuvent aussi compléter utilement les données détenues par les responsables de structure d'irrigation encore en fonctionnement ou qui souhaitent la relancer (décret d'application, droits d'eau, périmètre) ;
  • Envisager des actions sur plan départemental ou par bassin permettra d'avoir une vision plus globale pouvant aller dans le sens d'une gestion collective ;
  • Un lieu centralisateur sur les questions des canaux devient nécessaire pour une bonne cohérence des approches et des actions ;
  • Nécessité d'informer sur les risques que peuvent engendrer des canaux non ou mal entretenus et sur la gestion des risques plus globalement
  • Le milieu agricole et les habitants des secteurs concernés peuvent être les meilleurs informateurs sur les enjeux portés par les canaux, il est cependant nécessaire de leur apporter un minimum de visibilité sur les attentes et de valoriser leur rôle ;
  • La question de la responsabilité au vu du droit français est toujours d'actualité ;
  • Parcellaires de lotissement ; l'usage de l'eau d'irrigation à des fins domestiques (jardins d'agrément, potagers familiaux) exige d'autres considérations techniques, mais aussi sociales et tarifaires ;
  • Clarifier les statuts des terrains et leur devenir lors de la dissolution d'une ASA ;
  • Les canaux sont des éléments de cohérence d'un territoire départemental très diversifié tant du point de vue géographique, qu'environnemental, économique, qui peuvent participer utilement à sa lisibilité et à la responsabilité collective de la ressource ;
  • Nécessité de démultiplier l'information en la faisant porter par les offices de tourisme, les accompagnateurs de montagne, guides de pays, agriculteurs en lien avec les collectivités locales et les acteurs économiques¦